La contrepèterie : qu’est-ce que c’est ?

Les distractions des hommes se résument la plupart du temps aux jeux. S’agissant des jeux de réflexion en occurrence dans la catégorie des jeux de mots, la contrepèterie s’affiche parmi les jeux les plus complexes, difficile, mais pas compliqué et surtout célèbre de cette catégorie. Elle a avancé dans le temps depuis sa création officielle par Yvan Audouard en 1951. Elle a été reprise respectivement par Henri Monier en 1955, ensuite par Luc Étienne en 1957 et finalement par Joël Martin en 1984.

C’est quoi la contrepèterie ?

La contrepèterie ou encore contrepet, de façon vulgaire ou abusive, est un jeu qui consiste à remplacer des syllabes ou phonèmes d’une phrase pour obtenir une nouvelle phrase. Très souvent cette nouvelle phrase présente un sens pas du tout décent et du coup elle masque le bon sens et surtout décent de la phrase principale. Pour avoir plus d’information, veuillez vous rendre sur ce site. En effet,
appelé salut Patrick, chaque matin un nouveau jeu de contrepèterie est créé et publié pour l’épanouissement des internautes, surtout des fans de ce jeu. Les contrepets publiés sur ce site s’étendent sur plus de 30 thèmes tels que : humain, animaux, religions, familles, amour, politique, littérature, sport, mythologie, science, art…

Quelques célèbres exemples de contrepèterie

Dans le vrai historique de ce jeu (l’historique est disponible sur le site Wikipedia.org), c’est le célèbre François Rabelais qui est à l’origine de la contrepèterie. Il n’a énoncé que deux contrepèteries que sont : « folle à la messe » (molle à la fesse) et « A Beaumont-le-Vicomte » (à beau con le vit monte). Aujourd’hui ces deux contrepèteries sont super célèbres dans le monde de ce jeu. Voici quelques exemples de contrepèterie : (disponible sur salutpatrick.fr).
- La fête des Mères : la merde est faite
- La cuvette est remplie de bouillon : la buvette est remplie de couillons
- C’est dimanche, un de divin : un coup de manche, c’est divin
- Lycée ampère : pisser en l’air.