Divorce ou séparation : comment garder sa maison ?

Certaines situations inattendues viennent souvent bouleverser le cours de la vie en détruisant ou en modifiant les projets déjà concrétisés. C’est le cas des relations amoureuses ou des couples. Lorsque l’amour commence par manquer entre les deux partenaires, cela peut conduire à une séparation voire un divorce. Vous aimeriez peut-être garder votre maison au cas où la situation se présente, alors faisons un tour d’horizon sur la question.

Racheter la maison : les dépenses en cas de rachat

Le choix le plus judicieux dès le départ est de vendre la maison et permettre à chacun de poursuivre ses choix. Mais si vous êtes déterminés à garder la maison vous aurez donc à la payer. Alors cherchez plus d’informations via ce lien. Pour cela, vous devez consulter votre banquier pour savoir si la maison n’est pas acquise par emprunt. Si c’est le cas, il vous revient de rembourser toute la somme avant de pouvoir entrer en possession de la maison comme propriété personnelle.

Alors la décision de notifier à votre banquier de votre décision est très importante. Ce professionnel de la finance fera ses analyses et vous avertira au cas où la demande de rachat est validée. Vous pourriez donc remplir les conditions et posséder la maison en votre nom.

Faire appel à un expert (avocat) pour la séparation

Si vous êtes mal renseigné ou si vous engagez un professionnel incompétent alors la séparation risque d’être cauchemardesque. Si vous avez plusieurs biens en commun, des enfants et que l’un de vous désirer garder la maison alors, faire appel à un avocat est inévitable. Il maîtrise à merveille la question de la séparation de biens immobiliers et sera un allier redoutable.

Engager un avocat vous éviter donc de commettre des erreurs préjudiciables. Si vous envisagez vraiment garder votre maison en cas de séparation, plusieurs possibilités sont à envisager. Vous pouvez par exemple envisager le paiement du prêt bancaire en cours. Et comme le bien appartient aux deux conjoints à 50% chacun, vous devez envisager de payer la part de votre ex-conjoint.